"Dans les silences, on peut dire tant de choses." Michelangelo Antonioni

[La vie de Michelangelo Antonioni]

Michelangelo Antonioni est né dans la de ville de Ferrare, au nord de l’Italie, le 29 septembre 1912. Il fit une licence à l'université de Bologna, et écrivit également des critiques de pièces de théâtre et de films pour le journal Cinéma.

Il s’inscrivit ensuite dans l'école de cinéma : « Centro Sperimentale ». Il commence au début des années 40 sa carrière cinématographique en tant que scénariste de Roberto Rossellini et Federico Fellini puis comme assistant réalisateur sur Les Visiteurs du soir de Marcel Carné.
À partir de 1943 il se mit à réaliser de nombreux documentaires et courts-métrages comme Les Gens du Po (1943) ou Nettoyage urbain (1948) ayant beaucoup de connivence avec le mouvement néoréaliste mené par Rossellini.

C’est à 38 ans qu’Antonioni réalise son premier long-métrage de fiction, Cronica di un amore (Chronique d’un amour, 1950). Dès ce premier film il s’éloigne un peu du néoréalisme : il emploie des acteurs professionnels et dépeint des caractères avec moins d'emphase sociale, d'une façon plus personnelle et plus psychologique, soumettant à une contrainte ce qu'il décrira plus tard comme une « aridité spirituelle » et une « froideur morale ». Ses cinq films suivant, que l’ont pourrait décrire comme des chroniques sociales (Les Vaincus, 1952 ; L’Amour à la ville, 1953 ; La Dame sans camélias, 1953 ; Femmes entre elles, 1955 et Le Cri, 1957), ne furent pas vraiment remarqués par la critique et le public mais l’amenèrent progressivement à son premier chef-d’œuvre à la modernité évidente qui voulait montrer que le cinéma était « égal à la littérature » : L’Avventura.

En effet, la renommé d’Antonioni date de L’Avventura qui reçu un terrible accueil au festival de Cannes 1960 : le film fut très mal accueilli et la première bouleversa Antonioni et sa nouvelle muse Monica Vitti. Mais les critiques et réalisateurs présents firent circuler un manifeste défendant le film ce qui amena le jury à saluer L’Avventura pour « sa contribution remarquable à la recherche d’un nouveau langage cinématographique ».
Mais L’Avventura n’était que le premier film du désormais tryptique d’Antonioni qu’il compléta avec La Nuit (1961) et L’Éclipse (1962).

En 1964 il fit son premier film en couleur, Le Désert rouge qui marqua un tournant dans son œuvre qui devint un symbole de modernité cinématographique.
Il tourna ensuite des films à l’étranger avec tout d’abord Blow-Up (1966), adapté d’une nouvelle de Julio Cortazar, sur le Swingin’ London de la fin des années 60. Le film obtint la Palme d’Or en 1967 est eu un gros succès public et critique.

Il réalisa ensuite Zabriskie Point (1970) aux Etats-Unis qui eu un succès moyen ce qui l'encouragea à partir en Chine réaliser Chung Kuo (1972), puis réalisa Profession : Reporter (1975), avec dans le rôle principal l’acteur Jack Nicholson, qu’il tourna en Afrique et en Angleterre.
Il pu réaliser dernier long-métrage en date, Par-delà les nuages, grâce à l’aide de son ami et réalisateur Wim Wenders qui accepta d’être son assistant sur le tournage. En effet, suite à une attaque en 1985, Antonioni est atteint d’une paralysie partielle et d’une quasi impossibilité de parler.

En mars de 1995, Antonioni a gagné une récompense spéciale pour l’ensemble de sa carrière.
Depuis 1995, malgré sa maladie, Michelangelo Antonioni continue son activité cinématographique avec notamment son nouveau film : Eros (co-réalisé par Wong Kar-Waï et Steven Soderberg). [V.B]



Webmaster : Van ©